A partir de samedi, la Belgique vivra à "crédit" pour 2024

Ce samedi 23 mars, les Belges auront utilisé plus de ressources naturelles que la terre ne peut en régénérer en une année. C'est ce que rapporte le World Wildlife Fund (WWF) en se basant sur les données de l'ONG Global Footprint Network. Seuls deux pays d'Europe auront atteint plus tôt le "Earth Overshoot Day".

"Si l'ensemble de la population mondiale suivait le modèle de consommation des Belges, l'humanité aurait besoin de quatre Terres par an pour satisfaire ses besoins sans que les ressources naturelles n'en pâtissent", alerte le WWF. Il est malheureusement incontestable que le secteur de la construction est en grande partie responsable du fait que la Belgique atteigne si tôt ce funeste Jour du Dépassement.

Le Earth Overshoot Day marque le moment où l'humanité a pêché plus de poissons, abattu plus d'arbres et exploité plus de terres que ce que la nature est en mesure de remplacer sur une année. Il représente aussi le moment où les émissions de gaz à effet de serre dépassent la capacité d'absorption des océans et des forêts. Cette année, selon le WWF, notre pays aura épuisé son "crédit nature" à partir du 23 mars, c'est-à-dire ce samedi.

L'Earth Overshoot Day tombe plus tôt en Belgique d'année en année, ce qui est un mauvais constat. L'année dernière, l'Overshoot Day belge tombait encore le 26 mars, ce qui constituait de toute évidence déjà une très mauvaise nouvelle. En Europe occidentale, seuls le Luxembourg et le Danemark font moins bien, en atteignant leur Overshoot Day respectivement le 20 février et le 16 mars. À l'échelle mondiale en 2023, la limite écologique de la Terre avait été atteinte le 2 août.

Le secteur de la construction joue indéniablement un rôle majeur dans le fait que le Jour du Dépassement survienne si tôt en Belgique. Bien que notre pays reconnaisse de plus en plus la nécessité de réduire l'impact négatif de la construction sur l'environnement et que de plus en plus d'outils et de pratiques de construction écologique voient le jour, comme la construction circulaire, les chiffres les plus récents témoignent encore de l'impact important du secteur européen de la construction sur l'environnement. En Europe, le secteur de la construction est responsable de 50 % de tous les flux de matériaux et de 30 à 40 % de tous les déchets. Un tiers de la consommation européenne d'eau peut également être attribué au secteur de la construction (chiffres de Vlaanderen Circulair, ed). Et bien sûr, dans notre pays en particulier, de nombreuses maisons utilisent encore le gaz naturel pour leur approvisionnement en énergie, une ressource naturelle épuisable.

 

PAS DE RATIFICATION PAR LA BELGIQUE DE LA LOI EUROPEENNE SUR LA RESTAURATION DE LA NATURE

La WFF est convaincue que la loi européenne sur la restauration de la nature, qui fait partie du Green Deal, constitue un programme efficace pour donner à la nature et à ses ressources le répit dont elles ont besoin. L'organisation de protection de la nature exprime donc sa déception face à l'opposition des partis de gouvernement flamands à cette législation, en partie motivée par les protestations du secteur agricole.

Toutefois, une enquête menée auprès de 2 000 Belges à l'initiative du WWF et réalisée par le bureau d'études iVox révèle que 82 % des personnes interrogées sont favorables à un engagement plus important en faveur de la restauration de la nature. En outre, une large majorité (84 %) estime que les organismes publics devraient redoubler d'efforts pour restaurer des parties importantes de l'environnement naturel, sur terre et en mer d'ici à 2030.

Partager cet article:

Nos partenaires