Début des travaux de forage pour le plus grand projet BEO de Flandre Occidentale

Sur le site de l'ancien VTI, dans le centre historique de Bruges, les travaux de forage ont commencé en vue de la construction du plus grand champ BEO à vocation résidentielle de Flandre Ocidentale. Il s’agit d’un large réservoir souterrain où la chaleur géothermique peut être « enfouie » et « stockée ». Au cours des deux prochains mois, une entreprise spécialisée effectuera des forages de 120 à 150 mètres de profondeur dans le sol afin de créer des puits de chaleur. Grâce au champ BEO, les 135 familles du nouveau quartier de Boevrie chaufferont et rafraîchiront leurs maisons. "En optant pour la géothermie, les habitants émettront collectivement 100 tonnes de CO2 en moins au cours des prochaines décennies. Pour absorber une telle quantité de gaz à effet de serre dans l'air, il faudrait 5 000 arbres", explique Steven Langenaken, Project Manager chez Steenoven, le coordinateur du projet.

Après avoir trouvé un nouvel endroit pour accueillir les élèves du VTI de Bruges dans un bâtiment scolaire flambant neuf près de la gare, la démolition des anciens bâtiments a commencé en septembre 2022. Sur ce site, le long de la Boeveriestraat, s'élèvera Boevrie, le plus important projet résidentiel du centre-ville de Bruges depuis des années. Boevrie est un projet de Boeverie NV, composé de Baltisse, Heem Invest et Clarebout, qui comprend 102 appartements, 25 maisons unifamiliales, huit maisons superposées - des maisons plus compactes pour les jeunes travailleurs ou les célibataires – ainsi qu’un espace de bureaux.

 

De l’énergie verte sans panneaux solaires

Boeverie NV et le coordinateur du projet, Steenoven, ont déployé un maximum d'efforts en ce qui concerne l’énergie renouvelable sur le site de Boevrie et ont dû faire preuve de beaucoup d'inventivité pour y parvenir. En effet, pour ne pas s'écarter du caractère pittoresque du centre-ville de Bruges, il n'était pas possible d'utiliser des panneaux solaires dans le cadre de ce projet. Ceux-ci auraient perturbé l'apparence et donc l'aspect du patrimoine historique. Le choix s'est finalement porté sur l'énergie géothermique via un champ BEO.

"Nous mettons tout en œuvre pour que ce projet résidentiel s'intègre parfaitement dans la zone Unesco, en accordant une attention maximale à la durabilité. C'est pourquoi nous avons délibérément choisi un champ BEO, qui signifie Borehole Energy Storage (littéralement, stockage d'énergie dans un puits de forage). Il s'agit de loin de la source d'énergie la plus durable et la plus neutre en termes de CO2. En raison de la forme de Boevrie, un grand parking souterrain surmonté de bâtiments compacts, l'énergie du sol est le moyen le plus approprié et le plus efficace de fournir un chauffage durable", explique Steven Langenaken, Project Manager chez Steenoven, le coordinateur du projet.

 

1,5 Atomium de profondeur

Un champ BEO est un grand réservoir souterrain où la chaleur géothermique peut être "enfouie" et stockée. Pour alimenter la chaleur géothermique, une entreprise spécialisée doit forer 120 puits verticalement jusqu'à 150 mètres de profondeur. Soit 1 Atomium et demi ou quasiment deux Beffrois de Bruges enfouis sous le sol.

Dans ces 120 puits forés, il y aura au total 36 kilomètres de canalisations et tuyaux, qui remonteront par une boucle jusqu'aux différentes pompes à chaleur. Un mélange d'antigel glycol et d'eau circule dans les tuyaux. À grande profondeur, le mélange prend la température constante du sol, qui est en moyenne de 10 à 12 degrés. Ensuite, dans la pompe à chaleur, la chaleur du mélange est transférée au système de tuyaux internes par l'intermédiaire d'un échangeur de chaleur et chauffée à 40 degrés, ce qui convient au chauffage par le sol, ou à 60 degrés, pour l'eau domestique. En été, lorsque le sol est plus frais que la température des habitations, le système de chauffage par le sol fait circuler de l'eau fraîche et refroidit passivement les appartements et les maisons.

Geert Van Mol, PDG de Steenoven : "Grâce à l'expertise de Steenoven en matière de projets PPP, dans lesquels la durabilité est un critère de qualité important, nous avons une longueur d'avance en ce qui concerne les solutions techniques et économiques durables. Un champ BEO implique par défaut un investissement conséquent, mais nous l'avions déjà inclus dans nos plans de projet de base pour Boevrie en 2016. Par rapport à cette date, le prix de l'énergie est aujourd'hui beaucoup plus élevé, de sorte que la période de retour sur investissement s'est déjà diminué de 10 ans. Quoi qu'il en soit, les champs BEO représentent l'avenir pour les grands projets de développement immobilier et une win-win climat et pour les habitants. En effet, ces derniers réalisent chaque année des économies considérables sur leurs factures d'énergie.

 

PREMIERS RÉSIDENTS EN 2026

Les travaux de forage, qui ont débuté dans la deuxième quinzaine de février, dureront deux mois. L'entrepreneur commencera ensuite à creuser le sous-sol et à construire le garage souterrain. Il y aura 185 places de parking et box-garage, 210 places de parking pour vélos et 118 storage rooms. Sur l'ensemble du site de 11 700 mètres carrés, le promoteur prévoit sept parvis de verdure reliant les habitations et renforçant l'aspect typique de Bruges. Avant même le début des travaux de construction, près de 60 % des maisons et des appartements avaient déjà été vendus. Boevrie devrait accueillir ses premiers habitants en 2026.

Pour plus d'informations sur le projet, cliquez ici. Des images animées des travaux sur le terrain BEO sont également disponibles ici.

Partager cet article:

Nos partenaires