Des matériaux de réemploi utilisés pour construire un centre de recyclage | circubuild.be

Des matériaux de réemploi utilisés pour construire un centre de recyclage

  •   25 mai 2020
  • Michel Charlier

Pour le maître d’ouvrage Le Havre Seine Métropole, le bureau ER Architectes a conçu et livré en 2017 un tout nouveau centre de recyclage des déchets. Rien de particulier dans cette information direz-vous… sauf que les architectes ont demandé et obtenu que des matériaux de réemploi soient utilisés dans ce projet à un peu moins de 4 millions €. Du réemploi pour un centre de recyclage, une bien belle manière de ‘boucler la boucle’…

 

Ce n’est pas tous les jours qu’un centre de recyclage est créé. Pourtant, le bureau ER Architectes n’en était pas à son coup d’essai avec celui du Havre (France), ayant conçu d’autres complexes du même type en France et… à Madagascar.

Le choix du réemploi

Le bureau ER Architectes a une philosophie de travail bien précise qui guide tous les projets et fait appel au réemploi de matériaux, comme l’explique l’architecte David Rombaut : « Nos intentions urbaines, architecturales, paysagères et techniques sont entièrement liées. Le projet architectural et paysager est une réponse aux contraintes environnementales, aux objectifs fonctionnels et à une nouvelle façon de concevoir en intégrant le réemploi dans la conception et la construction des bâtiments. Les aménagements font corps avec la topographie du terrain pour limiter leur impact et réduire ainsi le volume des déblais.

La valorisation des déchets

Le Centre de Recyclage moderne du Havre, géographiquement intégré dans un écoquartier, se situe sur un site en friche près de l'ancienne déchetterie dont il utilise d’ailleurs certains des matériaux et éléments constitutifs. David Rombaut : « La parcelle se découpe à travers une trame ouverte et perméable. Elle est le support d’une toiture unique en charpente bois couvrant les zones de dépôt, le garage, le bâtiment réemploi et le support de la masse végétale composée d’arbres à hautes tiges se développant sur l’angle opposé. Le bâtiment ‘sans quai’ conçu en béton préfabriqué émerge du sol comme une masse minérale en continuité avec le relief des quais. » C’est là, dans ce centre aux allures de jardin à circulations douces, qu’arrivent gravats, déchets verts, métaux, bois et autres matériaux qui seront en grande partie valorisés.

Un expert du réemploi

Au Havre, ER Architectes a fait appel au bureau d’études Bellastock, spécialisé dans les problématiques liées aux cycles de la matière et au réemploi. « Les types de matériaux ont été déterminés au moment des études », se souvient David Rombaut. « La démarche du réemploi modifie l’organisation classique de l’opération. Les gisements de matériaux disponibles ont dû être identifiés et classés suivant leurs intérêts pour le projet et leurs disponibilités au moment du chantier. Cette étape a nécessité un travail de terrain pour connaître les démolisseurs et d’intervenir sur les projets de démolition en mettant en relation différentes maîtrises d’ouvrage. Ce qui n’est pas si simple compte tenu des impératifs de budget et de délais. Grâce à notre collaboration étroite avec Bellastock, nous avons pu intégrer systématiquement des lots de réemploi à chaque phase du projet. Nous avons ainsi pu mettre en synergies les opportunités de gisement et le planning de construction du Centre de Recyclage. »

Renforcer le parti-pris architectural

La conception du projet dû évoluer et s’adapter pour que ces matériaux fassent corps avec le projet architectural et s’intègrent dans le processus de mise en œuvre. Une fois la sélection des matériaux réalisée, il a fallu accompagner les travaux de déconstruction et de conditionnement puis organiser, l’acheminement, le stockage et la mise à disposition. Le code des marchés publics ne permettant pas d’imposer la provenance des matériaux, la stratégie adoptée pour ce projet a été de mettre à disposition, par la maîtrise d’ouvrage, les matériaux avec des postes en pose sans fourniture.

Les matériaux (de réemploi) utilisés

« Les matériaux de réemploi enrichissent le vocabulaire du projet et affirment les intentions architecturales et paysagères », affirme David Rombaut. « Ils se prolongent tout au long du cheminement à travers les murs en gabion, le traitement des ventilations en brique de réemploi et les murs 'AlfaBloc' autoporteurs - qui constituaient les casiers de stockage des déchets professionnels de l’ancienne déchetterie - qui enrichissent la façade sur l’avenue du Grand Hameau. »

Si l’idée du réemploi s’est imposée, elle n’a cependant pas été simple à mettre en œuvre. « En France, il n’y a pas de matériaux de réemploi facilement accessibles », reconnaît David Rombaut. Les matériaux de réemploi sont les granulats de déchets inertes, la brique et les murs en AlfaBloc. Le concassé, constitué de béton, de briques, de tuiles et de croûtes de bitume, provient d’une plateforme de recyclage de matériaux de déconstruction située à Rouen (à moins de 100 km du Havre). Mélangé avec des pierres, des briques et des tuiles, le béton a été utilisé dans des gabions de soutènement et d’autres permettant de séparer les différents espaces de ce site en pente.

La brique tient une place importante dans l’histoire de la construction de l’agglomération havraise et de la région de Caux et a été régulièrement utilisée pendant le 19e siècle. « Le choix du site de collecte s’est porté sur l’Ecole Gravelotte, construite vers 1880 et située à 15 km du chantier. Les briques en terre cuite, blondes et rouges, avaient été scellées au mortier de chaux et offraient une relative facilitée pour les séparer entre elles. » On parle ici d’environ 52 000 briques, pour un volume de 80 m³, qui ont fait l’objet (via l’entreprise Balbiano) d’une dépose et d’un tri manuels, puis d’un nettoyage et d’un contrôle – friabilité, efflorescence, taches, cratères d’éclatement – approfondis. Elles ont ensuite été stockées sur un site à moins d’un kilomètre du nouveau projet. 

Pour avoir davantage de détails sur tous les matériaux de réemploi utilisés dans ce projet, cliquez sur ce lien.

Boucler la boucle

Enfin, comme pour insister sur le principe que le déchet est une ressource valorisable et pour corroborer leur logique et leur philosophie de travail, les architectes ont conçu un bâtiment d'accueil qui abrite notamment des associations réfléchissant et travaillant sur le réemploi des matériaux et des ressources.

 

Actualités - Vue d'ensemble