Du chanvre pour valoriser des sols contaminés ?

Des chercheurs italiens ont indiqué que le chanvre cultivé sur des terres contaminées pouvait être utilisé pour être transformé en béton ou produire de l'énergie. Il s'agit plus particulièrement des tiges. Les substances nocives que le chanvre absorbe en provenance du sol, comme les métaux lourds, sont principalement stockées dans les racines de la plante. Bio2clean, qui a beaucoup d'expérience dans notre pays en matière de phytoremédiation, une technique d'assainissement dans laquelle les plantes sont utilisées pour éliminer ou fixer les contaminants dans le sol et/ou les eaux souterraines, réagit avec satisfaction : "Cela ne fera qu'accroître l'acceptation des techniques d'assainissement vertes."

L'étude a porté sur les performances de certaines plantes dans le processus de phytomanagement, dans lequel les plantes sont cultivées et utilisées pour éliminer ou fixer les contaminants et les métaux lourds présents dans le sol et pour stimuler la décomposition des composés organiques afin d'enrichir ce sol. Vito Gallo, professeur de chimie à l'université polytechnique de Bari et coordinateur du projet de recherche européen BIO SP.HE.RE centré spécifiquement sur le chanvre, a annoncé les résultats de la recherche. Il a expliqué que la plante de chanvre stocke les polluants qu'elle extrait du sol principalement dans ses racines, de sorte que la tige pourrait encore être utilisée pour d'autres applications, par exemple pour du béton de chanvre ou dans une centrale électrique à biomasse.

Grande adhésion du public

Dans notre pays, bio2clean a une grande expérience de la phytoremédiation. Avec cette technique, la spin-off de l'Université de Hasselt, qui coopère étroitement avec le Centrum voor Milieukunde (CMK) de la même université, se concentre principalement sur les sites présentant une contamination organique, comme le pétrole, le BTEX et le TCE. La phytoremédiation de ces polluants organiques décompose complètement les substances toxiques. L'intention est également d'appliquer la phytoremédiation à d'autres contaminants, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires, en collaboration avec le CMK.

« L'utilisation de techniques d'assainissement vertes telles que la phytoremédiation compte sur une grande adhésion de la part du public », déclare Dirk Dubin de bio2clean, qui souligne toutefois que l'étude italienne ne concernait pas vraiment la phytoremédiation - car les quantités de métaux absorbées étaient trop faibles - mais plutôt la valorisation durable des sols contaminés. « Cette adhésion n'augmentera que si la verdure remplit des fonctions récréatives, esthétiques ou écologiques supplémentaires, comme l'ont découvert les chercheurs italiens. Lors de l'élaboration d'un projet de phytoremédiation, la combinaison de plusieurs fonctions est un aspect important. Mais la phytoremédiation apportera aussi tout simplement par elle-même une valeur ajoutée concrète pour les personnes et les écosystèmes (restauration) - la restauration du patrimoine naturel, de la biodiversité et des fonctions des écosystèmes. »

Bio2clean est à la recherche de terrains

Bio2clean est actuellement à la recherche de terrains et de sites marginaux appropriés pour cultiver des plantes et/ou proposer des cultures qui, d'une part, assureront par le biais de la phytoremédiation l'assainissement ou la gestion des risques de la contamination présente et, d'autre part, permettront de valoriser la biomasse après la récolte en tant que produit biosourcé ou source d'énergie verte. Toute personne susceptible d'aider bio2clean à cet égard est invitée à envoyer un e-mail à info@bio2clean.be.

 

Partager cet article:

Nos partenaires

GAimage