La corrélation entre la construction circulaire et la protection des mers et des océans

Avec la pluie et le vent qui se partagent la vedette et des températures bien trop basses pour cette période de l'année, rien ne laisse présager que l'été commencera officiellement dans quelques jours. Ces tristes conséquences du changement climatique incitent de nombreuses personnes à sauter dans un avion en direction d'une côte chaude, contribuant ainsi ironiquement au réchauffement de la planète. Cependant, même sur leur lieu de vacances, ils sont confrontés au réchauffement climatique, et notamment à une mer beaucoup trop chaude. Nous tenons donc à réfléchir à la manière dont la construction circulaire peut contribuer à la protection des mers et des océans. C'est en effet le cas. Et il ne s'agit pas seulement de réduire la température de l'eau.

Il est évident qu'avec le réchauffement du climat, l'eau de notre terre suit la tendance : comme la température de la terre, la température de l'eau augmente également depuis les années 1970. Globalement, selon klimaat.be, le site fédéral belge d'informations fiables sur le changement climatique, la surface des océans (les 75 premières jauges de profondeur, ndlr) s'est réchauffée de plus de 0,1°C chaque décennie depuis 1971, et le réchauffement atteint aujourd'hui des profondeurs bien plus importantes qu'auparavant, jusqu'à 3 000 mètres. Cette hausse de température est particulièrement néfaste pour la faune et la flore marines.

On extrait des métaux et des minéraux tels que le manganèse, le nickel et le cobalt des fonds marins, où ils ont pu se développer sans être perturbés pendant des millions d'années. Pour ce faire, on utilise des machines géantes munies de roues acérées, qui labourent le fond marin et pompent ensuite les matériaux extraits vers la surface par le biais de plusieurs kilomètres de tuyaux. Personne ne sait exactement quelles seront les conséquences de ce déblaiement des fonds marins, mais il ne fait aucun doute qu'il aura des répercussions sur la biodiversité marine.

 

LE SECTEUR DE LA CONSTRUCTION, CAUSE DES PROBLEMES

Le secteur de la construction est à l'origine des deux problèmes. Par exemple, les experts s'accordent à dire que l'environnement bâti et le secteur de la construction, par le biais de la production de matériaux et des transports liés au secteur, sont responsables de 40 % des émissions de CO2 dans le monde - un pourcentage également souligné dans un rapport de l'ONU. Or, c'est le CO2 présent dans l'air qui accélère le réchauffement de notre planète et donc de toute l'eau qui s'y trouve, car ce gaz persiste dans l'atmosphère, piégeant ainsi la chaleur.

L'excès de CO2 dans notre atmosphère a une autre conséquence néfaste pour nos mers et nos océans : il les acidifie. Les mers et les océans absorbent le CO2 de l'air, mais comme il y a beaucoup de ce gaz à effet de serre dans notre atmosphère aujourd'hui, l'équilibre naturel a été perturbé, ce qui a entraîné une acidification. Cette acidification a également des conséquences néfastes sur la biodiversité marine.

Le secteur de la construction contribue également aux opérations de minage des fonds marins, bien que dans une moindre mesure. Le nickel, par exemple, est utilisé dans une grande partie de l'électronique, qui a également des applications, par exemple, dans le domaine de la domotique.

 

LE SECTEUR DE LA CONSTRUCTION, SOURCE DE SOLUTIONS 

Heureusement, le secteur de la construction peut également jouer un rôle majeur dans la résolution des problèmes mentionnés, notamment celui du réchauffement et de l'acidification des mers et des océans, plus précisément en concevant et en produisant des bâtiments et des matériaux de construction de manière plus circulaire.

Pour les visiteurs moins fidèles à Circubuild : ce principe de construction durable, connu sous le nom de construction circulaire, qui a pris de plus en plus d'ampleur ces dernières années, signifie que les bâtiments et les matériaux de construction sont conçus de manière à prolonger leur durée de vie. Dans le cas d'un bâtiment, cela peut se faire en veillant à ce que l'aménagement soit adaptable afin que le bâtiment puisse avoir plus d'une fonction, ou en le concevant de manière à ce qu'il soit démontable. Dans le cas d'un matériau de construction, en veillant à ce qu'il soit « réversible », de sorte qu'il puisse être réutilisé ailleurs lorsque le bâtiment dans lequel il est intégré est démoli. Par ailleurs, un matériau de construction peut également être circulaire en étant constitué uniquement de matières premières biosourcées. Il ne doit alors pas nécessairement être maintenu dans le cycle - même si cela devrait toujours être l'objectif - parce qu'il peut être retourné à la nature de manière inoffensive et qu'il est régénérable.

Des bâtiments solides et des produits qui durent plus longtemps ou qui poussent naturellement, cela signifie de facto moins de chantiers, moins de transports, moins de production et moins de déchets brûlés, ce qui ralentira considérablement le réchauffement de la planète et donc des mers et des océans, ainsi que l'acidification des eaux de la planète. Cela signifie également moins de forage pour des ressources naturelles et donc moins d'exploitation minière en eaux profondes - bien que l'industrie de la construction ne soit certainement pas le plus grand exploitant de ce type de ressources.

 

L'UTILISATION CIRCULAIRE DE L'EAU

Enfin, examinons le rôle que le secteur de la construction peut jouer dans l'utilisation plus durable des eaux souterraines et des eaux de surface. En effet, cette gestion est également indispensable. Quiconque revient régulièrement à la maison sous une pluie battante peut difficilement l'imaginer, mais nous vivons dans une région où l'eau est rare. Un problème qui ne fera qu'empirer avec le changement climatique.

L'eau douce n'est pas un matériau de construction en soi, mais elle est souvent nécessaire au cours des processus de production et de recyclage de certains matériaux et s'écoule dans les robinets et les toilettes des bâtiments. Le secteur de la construction peut donc contribuer à une utilisation plus durable des eaux souterraines et de surface et a déjà pris de nombreuses mesures dans ce sens aujourd'hui.

Par exemple, il existe aujourd'hui sur le marché de nombreuses applications sanitaires qui contribuent à économiser l'eau, comme les robinets qui s'arrêtent automatiquement ou les toilettes sèches ou sous vide qui fonctionnent avec le compostage et la pression négative plutôt qu'avec de l'eau.

En outre, les projets de construction accordent de plus en plus d'attention à la gestion des eaux de pluie. Elles peuvent donc parfaitement être utilisées à grande échelle pour des applications qui ne requièrent pas de niveau d'eau potable. Les systèmes de collecte et de stockage des eaux de pluie en vue de leur utilisation pour les toilettes, les machines à laver ou le stockage des plantes font de plus en plus souvent partie intégrante des projets de construction.

Une fois l'eau de pluie utilisée, elle est acheminée par le réseau d'égouts vers la station d'épuration, mais il existe également aujourd'hui des systèmes permettant de réutiliser les eaux grises, comme l'eau des chasses d'eau des toilettes par exemple. Ces systèmes comprennent à la fois des installations techniques et des alternatives naturelles. Les filtres à hélophytes ou les "filtres de marais" sont un exemple de ces dernières. Ils utilisent des plantes qui décomposent la saleté à l'aide de bactéries. Bien entendu, l'eau à traiter ne doit pas contenir de détergents.

Les eaux noires, polluées par des matières fécales, doivent bien entendu être acheminées directement vers la station d'épuration. Malheureusement, en Flandre, de nombreuses maisons - principalement rurales - ne sont toujours pas raccordées au réseau d'égouts, de sorte que l'eau polluée est souvent simplement rejetée dans les ruisseaux ou les rivières. Le secteur de la construction peut donc encore assurer une gestion plus durable des eaux de pluie, même en développant le réseau d'égouts.

Enfin, les projets de construction prennent de plus en plus en compte la question des sols meubles autour des bâtiments. Un point important, car il permet à l'eau de pluie de s'infiltrer (à retardement) dans le sol, ce qui maintient le niveau des nappes phréatiques.

En résumé, en adoptant une approche circulaire, le secteur de la construction peut contribuer fondamentalement à la protection des océans et des mers et à l'utilisation plus durable des eaux de pluie, deux objectifs définis par les Nations unies dans le cadre des objectifs de développement durable (ODD).

Partager cet article:

Nos partenaires