La construction circulaire est-elle plus facile à appliquer dans une nouvelle construction que dans une rénovation ?

Pas nécessairement. Dans une rénovation, certains principes de construction circulaire nécessitent une attention particulière, mais d’autres sont plus faciles à appliquer que dans un nouveau projet.

Il n’est pas correct de dire que la construction circulaire est plutôt réservée à de nouveaux projets de construction. Des projets circulaires de premier plan tels que le Circular Retrofit Lab de la VUB ou le Potterij à Malines prouvent le contraire.

Bien entendu, une rénovation circulaire implique certains défis spécifiques. Certains principes de construction circulaire sont de ce fait plus difficiles à appliquer. Les dimensions existantes et généralement non standardisées des projets de rénovation nécessitent souvent d’opter pour des solutions créatives afin d’introduire des systèmes préfabriqués dans l’ancienne structure. De plus, les nouvelles solutions démontables ne sont pas toujours compatibles avec les produits qui étaient utilisés par le passé pour la construction. Une reconfiguration de grande envergure du plan d’aménagement produit généralement plus de déchets qu’elle n’en économise sur le long terme.

Pourtant, la rénovation offre également quelques beaux avantages. Car un bâtiment à rénover est un gisement potentiel de matériaux de construction que l’on peut réutiliser dans le projet ou faire circuler sur le marché de l’occasion. Laisser intacts des éléments de construction, comme la structure par exemple, est bien sûr la forme de réutilisation la plus évidente et la moins intensive. Chaque projet de rénovation possède ainsi en lui un aspect circulaire.

C’est pourquoi, en construction circulaire, il est extrêmement important de se concentrer dans une forte mesure sur le patrimoine immobilier existant. Comme indiqué précédemment, il forme une gigantesque banque de matériaux ayant une énergie intrinsèque très importante, c’est-à-dire l’énergie déjà utilisée lors de et par la production de tous les matériaux de construction du bâtiment. La réutilisation de façon sensée de bâtiments ou tout du moins des matériaux de construction existants, permet non seulement d’économiser des tonnes de déchets, mais aussi d’éviter une nouvelle et lourde extraction de matières premières. Cela ne signifie pas que nous devons garder tous les bâtiments délabrés à l’heure actuelle, mais que nous devons inclure plus consciemment des stratégies de rénovation dans notre planification urbaine. Et si la rénovation n’est pas l’option appropriée, il vaut toujours la peine de vérifier quels éléments pourraient être récupérés lors de la démolition et réutilisés par la suite. De plus en plus de projets partiront ainsi d’une banque de matériaux existante.

Il est bien sûr exact que les systèmes constructifs ou les services nouveaux, innovants et souvent expérimentaux sont plus faciles à intégrer dans de nouveaux projets de construction. Ils peuvent même être envisagés dès le premier coup de crayon. Par conséquent, un projet de nouvelle construction peut souvent aller plus loin et permettre d’expérimenter des structures de bâtiment modulaires et entièrement démontables, des plans ouverts et une stratification complète. Mais actuellement, dans cette phase de transition vers la construction circulaire, cela est encore le plus souvent réalisé entièrement avec de nouveaux matériaux. Le développement du marché de la construction d’occasion résoudra de plus en plus cette question à l’avenir et répondra mieux à la demande.

Réponse donnée par: Stijn Brancart (VIBE)

Nos partenaires

GAimage