La construction circulaire prend-elle plus de temps que la construction traditionnelle ?

En général, la construction circulaire prend moins de temps que la construction traditionnelle.

Dans la construction circulaire, on utilise autant que possible des solutions préfabriquées, de préférence standardisées. Elles peuvent ainsi être produites en grand nombre et rapidement placées sur site. Les temps de séchage font partie du passé, car ces solutions sont fabriquées de manière sèche, de telle sorte que lorsque la solution - un produit, un matériau ou un élément - ou le bâtiment a dépassé sa durée d’utilisation, la solution est facile à démonter. Cela facilite également la correction des erreurs de construction ou des inexactitudes pendant la phase de chantier, sans avoir à tout recommencer. La construction circulaire entraînera donc moins de perturbations et, par conséquent, un gain de temps lors de la mise en œuvre, aussi bien lors de la phase de construction initiale que lors des travaux de maintenance, de rénovation ou de modification en cours d’utilisation. On peut également économiser un temps considérable lors de la phase de fin d’utilisation. Dans cette phase, nous comparons naturellement l’approche circulaire avec la démolition ou le démantèlement sélectif de bâtiments non circulaires. Par rapport à la démolition traditionnelle, le démantèlement sélectif, par lequel les matériaux de construction peuvent être séparés et donc réutilisés, prend plus de temps.

Mais la construction circulaire peut parfois rallonger la phase de conception. Une bonne conception circulaire ou orientée vers le changement prend en compte l’avenir en envisageant divers scénarios d’utilisation. Pour rendre possible une réalisation démontable ou modulaire, il est souvent nécessaire de s’écarter des solutions de construction traditionnelles. Cela peut compliquer les choses jusque dans de petits détails et cela nécessite une attention particulière lors du choix des produits. De telles inhibitions disparaîtront cependant à long terme lorsque la construction circulaire deviendra une pratique courante. De plus, des choix de conception intelligents et mieux nourris d’informations permettent toujours d’économiser du temps et de l’argent pendant toute la durée de vie utile d’un bâtiment.

Tout comme pour la construction traditionnelle, la fluidité d’une phase de construction dépend d’une bonne coopération et d’une communication efficace entre les différents partenaires de la construction. Il est certain que pendant la phase de transition actuelle, au cours de laquelle on tente d’introduire des systèmes innovants et des nouvelles méthodes, il est important que les informations puissent circuler de manière fluide. Avec la mise en place des contrats d’entretien et de ‘produit en tant que service’, et l’utilisation croissante de matériaux recyclés provenant de différentes filières, la communication conservera certainement un rôle crucial à l’avenir. C’est pourquoi la construction circulaire est basée sur le développement d’outils modernes tels que le BIM et les passeports matériaux. Bien que chaque changement connaisse une période de rodage, cela ne fera à long terme que renforcer le bon déroulement de la phase de construction.

Réponse donnée par: Tim Ost et Eliah Mallants (VK Architects & Engineers) & Stijn Brancart (VIBE)

Glossaire

Nos partenaires

GAimage